objets connectés

Assurer les objets connectés : pourquoi cela relève-t-il de la prudence et non d’un simple effet de mode?

Montres, balances, lunettes, caméras, … voilà autant d’objets connectés ayant réussi à faire partie de nos quotidiens. Même les vêtements existent en version intelligente. On parle ici de ces tissus équipés de micro-capteurs. En tout cas, sachez que ces gadgets innovants peuvent faire l’objet d’assurance spécifique. Mise au point sur ce sujet ci-dessous.

Qui sont ces spécialistes dans l’assurance des objets connectés ?

CELSIDE fait partie des assureurs décidés à prendre en charge les objets connectés. Le groupe opère dans le secteur depuis près de 20 ans. Il est particulièrement présent en France, au Portugal, en Suisse, en Belgique et en Espagne. Travaillant avec quelques 2 500 partenaires, cet assureur compte jusqu’à 8 millions de clients en Europe.

Force est de constater d’ailleurs que les objets connectés ne cessent de se multiplier.  On vante leur utilité pour un meilleur contrôle des risques. En matière de santé par exemple, ils facilitent par exemple le suivi des données physiologiques du patient. En conséquent, on peut prévenir l’apparition de certaines maladies. Pour la conduite, certains gadgets permettent d’évaluer les sources de risque comme le comportement du conducteur au volant.

Objets connectés : où en sommes-nous exactement ?

Ces gadgets intelligents tendent à envahir notre quotidien. Ils possèdent la particularité de pouvoir capter des informations et convertissent celles-ci en données. La communication de ces objets avec l’utilisateur se fait via un terminal numérique (montre, tablette, smartphone, lampe, tissus avec capteur, etc.).

Dans la réalité, nous assistons actuellement à une réelle expansion des objets connectés. Selon les prévisions faites quelques années plutôt, on compte en 2020 environ 26 milliards de gadgets connectés. Cette estimation correspond à 4 objets connectés par personnes.

Les Français ne sont pas en reste dans la course pour l’utilisation des objets intelligents. Ils sont nombreux à montrer un intérêt grandissant envers l’équipement domotique connecté. En 2020, celui-ci représente un peu plus de 50% du chiffre d’affaires de ce marché.

A propos de l’assurance des objets connectés

Les professionnels dans ce domaine, dont CELSIDE, proposent généralement aux utilisateurs des contrats d’assurance multirisque. Celui-ci vise à protéger les objets connectés, terminaux mobiles – smartphones et autres – ainsi que les objets connectés. 

L’assurance contractée concerne donc tous les sinistres pouvant survenir sur l’appareil concerné. A titre d’exemple, ce produit protège les appareils mobiles du vol caractérisé, d’une perte et de l’oxydation.

Particulièrement pour la domotique, on rappelle l’intérêt de l’assurance multirisque habitation pour prévenir les risques. Afin de bénéficier d’une meilleure protection, il faut évidemment bien choisir les garanties à retenir dans le cadre de ce type d’assurance

D’ailleurs, le champ d’application de celles-ci comprend le plus souvent des limites. Ainsi, dans le cas où un taux de vétusté est appliqué, l’assuré peut voir baisser le montant de l’indemnisation en cas de sinistre. La souscription d’une garantie rééquipement à neuf peut être une solution à ce dilemme. Cette offre ne prend pas en considération la vétusté d’un appareil.

En conclusion, on peut confirmer l’utilité d’assurer les objets connectés de nos jours. Présents dans notre quotidien, ces gadgets sont exposés à divers risques comme le vol et la perte. Ce serait dommage d’avoir à débourser à chaque fois pour renouveler ces appareils. Même constat pour l’équipement domotique qui, évidemment, exige de choisir les garanties adaptées pour une meilleure protection.

Vous aimez alors partagez
Facebook Comments